Article

 L'entreprise de la semaine

NEOSOURCIA


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte

Les 5 métiers d’avenir du e-commerce

LE PROGRES.FR | 24 Janvier 2019


Actualité Maroc | AmalJOB

Le e-commerce connaît des croissances folles. De nouveaux métiers ont émergé et ce n’est pas fini.

En évolution permanente, le e-commerce voit de nouveaux métiers émerger, indispensables à toutes les entreprises qui vendent des produits en ligne. Le secteur est en plein boom. Le chiffre d’affaires du e-commerce est passé de 30 milliards d’euros en 2010, à 81,7 en 2017. La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) estime que 37,5 millions de Français achètent sur Internet, soit 85,5  % des internautes. Quant aux sites marchands, on en compte toujours plus : à peine 50 000 en 2011, ils sont désormais presque 200 000. Sans oublier la poussée énorme des places de marchés comme Amazon ou Cdiscount, avec leurs millions de visiteurs uniques. Dans un tel contexte, s’orienter dans ce secteur est porteur. Voici ci-dessous cinq métiers pour le e-commerce.

 63  % des sites e-commerce ont augmenté leurs effectifs et 18  % des e-marchands TPE/PME ont recruté au moins un salarié en 2017. Rares sont les secteurs autant pourvoyeurs d’emplois. 

Source : Les chiffres clés de la Fédération e-commerce et vente à distance - 2018.

GESTIONNAIRE DE MARKETPLACE

Métier encore méconnu, il va exploser dans les prochaines années. Les entreprises vendent leurs produits sur leur site internet et les référencent de plus en plus sur les places de marché qui regroupent plusieurs vendeurs, les « marketplaces » comme Amazon, CDiscount, Alibaba, La Redoute, la Fnac… « Présenter sa gamme de produits sur chaque plateforme nécessite d’élaborer un catalogue numérique harmonieux et normé », analyse Jean-Baptiste Gabellieri.

Aucun cursus d’étude n’existe encore. « Ce sont souvent des profils qui ont appris sur le tas », analyse le responsable e-commerce. Il leur faut une double casquette avec des compétences dans l’informatique et dans le commerce. Une formation e-commerce (licence, master) avec un volet informatique est donc conseillée, afin de maîtriser les logiciels du e-commerce. Côté salaire, un débutant peut espérer 25 à 35 000 euros annuels. Avec de l’expérience, certains salaires s’envolent à plus de 60 000 euros annuels.

DATA ANALYST

Dans le e-commerce, la donnée est partout. Même le plus petit des e-marchands peut en récolter. « Encore faut-il les analyser, les comprendre, calculer les seuils de rentabilité, les audiences, le taux de conversion… Le data analyst sait traiter ces flux, identifier les habitudes de consommation, comprendre les clients », analyse Jean-Baptiste Gabellieri, responsable e-commerce de Shopix, site e-commerce spécialisé en matériel de bricolage.

Maîtriser les outils statistiques, les bases de données, synthétiser et vulgariser les informations pour les rendre accessibles aux dirigeants de l’entreprise, proposer des recommandations sur les bases de données à modifier… Son rôle est devenu incontournable. Il faut donc aimer les chiffres. Un débutant peut espérer 35 000 euros brut annuels minimum, après un bac + 4 ou 5 dans les domaines de l’ingénierie, des statistiques, du marketing et parfois de l’informatique.

CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGER

Plus il y a de données, plus on connaît les habitudes de consommation. Se doter d’un Customer Relationship Manager (un manager de la relation client, ndlr ) est « indispensable pour choisir les meilleures opérations afin d’optimiser la qualité de la relation client et maximiser le chiffre d’affaires », explique l’expert e-commerce.

Le CRM analyse le comportement des consommateurs, savoir où ils ont cliqué, ce qu’ils ont aimé. « Ce sont des profils clés qui doivent avoir des compétences juridiques pour savoir comment utiliser les données dans le respect des réglementations, du RGPD (1) notamment ». Ce genre de poste est accessible après un bac +5 en webmarketing ou e-commerce. Les salaires sont plutôt attractifs : de 35 000 à 45 000 euros brut annuels pour un débutant, selon cadremploi.fr.

TRAFFIC MANAGER

Difficile de faire exister ses produits sur Internet sans développer et qualifier son audience. Maîtriser le référencement est indispensable. « C’est le job du traffic manager, expert du marketing et d’Internet. Il assure le suivi des campagnes promotionnelles en ligne, optimise les ventes », précise le spécialiste du e-commerce.

Le traffic manager choisit les bons mots-clés pour promouvoir les produits d’un site Internet. Un métier accessible avec un bac + 2 (métiers du multimédia et de l’Internet), bac + 3 (bachelor en école spécialisée) ou en bac + 5. Comptez 25 à 35 000 euros brut annuels.


 L'entreprise de la semaine

NEOSOURCIA


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte