Article

 L'entreprise de la semaine

Référence mondiale depuis 60 ans en matière de recherche et de gestion des compétences, Manpower accompagne depuis 1997 l'entreprise marocaine dan...


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte

Le Maroc en marche arrière

maroc-hebdo.press.ma | 28 Septembre 2018


Actualité Maroc | AmalJOB

Rapport 2018 sur le développement humain

Le Maroc reste bloqué à la 123e place dans le classement de développement humain. Selon le rapport 2018 du PNUD, c’est le domaine de l’éducation qui tire l’IDH vers le bas.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publie régulièrement un classement des pays suivant l’indice de développement humain (IDH). Ainsi, chaque année, pas moins de 189 pays sont évalués par le PNUD dans le cadre de ce classement prenant en compte plusieurs indices comme l’espérance de vie, le niveau d’éducation ainsi que le revenu par habitant afin d’établir une note située entre 0 et 1. Généralement, on considère un pays dont l’IDH est élevé ou très élevé comme développé, et un pays avec un IDH faible en voie de développement. Dans le monde, la Norvège occupe la 1re place du classement, suivie de la Suisse et de l’Australie.

Le Soudan du Sud, la Centrafrique et le Niger sont derniers. Le rapport publié par le PNUD pour le compte de l’année 2018 fait un constat sans appel: le Maroc est le pays de l’Afrique du Nord le moins bien loti en termes de développement humain avec avec un indice de 0,667 sur 1. À en croire le PNUD, la situation du Royaume est encore plus grave que celle de la Tunisie, de la Libye, de l’Algérie, de l’Egypte ou de l’Iraq, et ce malgré les timides avancées réalisées en la matière.

Le Maroc reste, ainsi, bloqué à la 123e place dans le classement de développement humain. L’IDH du Maroc est similaire à celui de l’année 2017 et a évolué de 0,005 point par rapport à 2016.
Selon le rapport du PNUD, c’est le domaine de l’éducation qui tire l’IDH marocain vers le bas. Dans le cadre de la mise en place de son indice, le PNUD prend en compte le nombre d’années d’éducation dont bénéficie un adulte à l’âge de 25 ans. La moyenne marocaine de 5,5 ans est en dessous de la moyenne arabe (7 ans) et de celles de la Libye (7,3 ans) et la Tunisie (7,2 ans).

Pénuries de capacités
Ainsi, à titre d’exemple, un Marocain est scolarisé en moyenne pendant 4,4 ans, soit deux ans de moins que la moyenne des pays arabes (6,3 ans) et plus de trois ans de moins que la moyenne mondiale (7,7 ans).

Ces failles du système éducatif alimentent la reproduction des inégalités et de la pauvreté, estime le PNUD. Or, ce sont l’éducation fondamentale et la santé de base, notamment, qui déterminent l’emploi, la mobilité professionnelle ou l’ascension sociale. À l’inverse, une privation de capacités en termes d’éducation et de santé non seulement peut générer, de façon cumulative, d’autres déficits, mais de surcroît elle contribue à reproduire les pénuries de capacités et à creuser les inégalités réelles.

Par, ailleurs, le rapport du PNUD fait état d’une différence notable entre l’IDH masculin et féminin. Dans le rapport 2018, l’IDH féminin marocain était de 0,598 alors que le masculin était de 0,713. Des écart notables dans le Revenu National Brut (3.197 dollars US par habitant pour les hommes) et dans les années d’éducation dont bénéficie un adulte de 25 ans (4,5 ans pour les femmes, contre 6,5 ans pour les hommes) expliquent cette différence.


 L'entreprise de la semaine

Référence mondiale depuis 60 ans en matière de recherche et de gestion des compétences, Manpower accompagne depuis 1997 l'entreprise marocaine dan...


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte