Article

 L'entreprise de la semaine

Inwi est un opérateur global et alternatif, couvrant l’ensemble des services des télécommunications au Maroc : Services voix (fixe et mobile), ...


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte

Emploi: Ce qui va changer dans Tahfiz

leconomiste.com | 08 Janvier 2018


Actualité Maroc | AmalJOB

Un petit coup de pouce à l'emploi. Le programme Tahfiz, qui offre la prise en charge par l'Etat de la part patronale des cotisations sociales et l'exonération de l'IR plafonné à 10.000 DH brut sur 24 mois, a subi quelques changements. Il a été élargi aux associations et coopératives et les avantages sont dorénavant accordés à 10 salariés contre cinq auparavant.

Les salariés concernés sont ceux qui ont été embauchés dans un délai de 2 ans à compter de la date du début d'exploitation et non à la création d'entreprises. Ce qui colle mieux à la réalité puisqu'un délai important peut s'écouler entre les deux phases.  
La loi de finances 2018 a également prorogé l’application de ce dispositif de trois ans. Il est ainsi ouvert aux entreprises, associations, et coopératives créées entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2022.

2.000 bénéficiaires à fin septembre

Les changements apportés à Tahfiz sont censés dynamiser ce programme lancé en 2015 et qui peine à séduire. Seulement  2.000 salariés en ont bénéficié à fin septembre 2017 contre 1.522 à la même période en 2016. Même les fonds alloués sont très peu utilisés!

Tahfiz fait partie de la panoplie de mesures mises en place ces dernières années pour booster l'emploi.  L'année dernière, deux dispositions ont été introduites: l'exonération permanente de l'indemnité de stage de l'IR et la rémunération occasionnelle des étudiants chercheurs. La première dont l'impact budgétaire est estimé à 40 millions de DH vise à encourager l'insertion des jeunes diplômés dans le marché du travail.

La deuxième cible les étudiants inscrits dans le cycle doctoral et qui perçoivent une rémunération occasionnelle de la part d'une entreprise. Prévue pour 24 mois à compter de la date de conclusion du contrat de recherche,  cette exonération plafonnée à 6.000 DH est censée encourager et accompagner les entreprises dans leurs projets de recherche.

Attendu sur la relance de l'emploi, le gouvernement a validé un plan national. Ce plan ambitionne la création de 200.000 emplois en moyenne par an et la baisse du taux de chômage à 8,5% à l'horizon 2020.
En attendant, les derniers chiffres du Haut Commissariat au Plan révèlent qu'au troisième trimestre 2017(1), l’économie marocaine a créé 89.000 postes d’emploi contre une perte de 73.000 au troisième trimestre 2016.
L'année 2016 a été marquée par la perte de 37.000 postes nets contre une création annuelle moyenne de 27.000 emplois durant les années 2014-2015 et 95.000 au cours de la période 2008-2013.

Globalement, l'emploi créé au cours des dernières années ne permet pas d'absorber le flux d'entrants sur le marché du travail, soit 350.000 personnes par an. D'ailleurs, la Banque mondiale a relevé que «par rapport à la taille de sa population, le Maroc crée deux fois moins d’emplois que l’Égypte et trois fois moins que la Malaisie»!


 L'entreprise de la semaine

Inwi est un opérateur global et alternatif, couvrant l’ensemble des services des télécommunications au Maroc : Services voix (fixe et mobile), ...


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte