Article

 L'entreprise de la semaine

Référence mondiale depuis 60 ans en matière de recherche et de gestion des compétences, Manpower accompagne depuis 1997 l'entreprise marocaine dan...


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte

2 000 postes à pouvoir dans la métallurgie ne trouvent pas preneurs !

zoomdici.fr/ | 24 Septembre 2018


Actualité Maroc | AmalJOB

Invités sur le plateau de Loire Eco sur TL7 pour une émission spéciale sur les métiers en tension, le secrétaire général de l’UIMM Loire, Daniel Roché, et le DRH de ZF Mécacentre, Laurent Dupont, sont revenus sur les difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises de la métallurgie.

La métallurgie ligérienne recrute, mais ne trouve pas preneurs ! Sur les 2 000 intentions d’embauches recensées par l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) de la Loire en 2018, 85% sont des recrutements jugés difficiles par les entreprises. « Il y a un vrai problème de désaffection et de désamour des métiers de l’industrie et en particulier dans la métallurgie. Beaucoup de gens pensent à tort qu’il s’agit de métiers difficiles, pénibles, qui payent mal. C’est faux ! On n’est plus du tout dans les métiers à la Zola et dans la métallurgie les salaires sont entre 18% et 24% plus élevés que dans le reste de l’industrie », explique le secrétaire général de l’UIMM Loire, Daniel Roché. Pourtant, la métallurgie est belle et bien confrontée à une problématique de recrutement avec des postes à pouvoir qui ne trouvent pas preneur et en bout de chaîne des entreprises qui ne parviennent plus à répondre à des marchés et à poursuivre leur développement. « Cela freine la croissance des entreprises de 0,8% », commente Daniel Roché. 

Miser sur les formations internes

Pour tenter de répondre à cette problématique de recrutement et en particulier à l’inadéquation entre les profils formés et les besoins des entreprises, la société ZF Mecacentre a lancé sa propre école de frappe à froid grâce à l’appui technique et financier de l’UIMM Loire. « Dans 15 ans, 50% de nos opérateurs régleurs de frappe à froid vont partir à la retraite. Il fallait donc anticiper les recrutements. Or il y a une pénurie d’opérateurs régleurs dans la région depuis la fermeture en 1972 de l’école de frappe à froid de Saint-Etienne », justifie Laurent Dupont, le DRH de l’équipementier automobile ZF Mecacentre. En misant sur la formation interne et à raison de 10 à 12 personnes formés chaque année (sur un cursus de deux ans) au métier de la frappe à froid, ZF Mecacentre devrait donc être en mesure d’assurer la pérennité de son activité dans les prochaines années. Un modèle que l’entreprise Siléane (80 salariés ; 10 M€ de CA) a également adopté en créant en février dernier Newcob, une filiale dédiée à la formation aux métiers de la robotique et de la vision. Confrontée à des problématiques de recrutement, Siléane qui ambitionne d’atteindre 130 à 150 salariés sous 4 à 5 ans, compte sur cette nouvelle activité pour former ses futurs collaborateurs et ceux de ses clients.


 L'entreprise de la semaine

Référence mondiale depuis 60 ans en matière de recherche et de gestion des compétences, Manpower accompagne depuis 1997 l'entreprise marocaine dan...


Dépôt de CV


Déposez votre CV et soyez visible par les recruteurs

Je dépose mon CV

Newsletter


Recevez chaque semaine les dernières actualités

s'inscrire

Alertes emploi


Recevez chaque matin les nouvelles offres d'emploi par e-mail

CRée mon alerte